Marayana

Genre : Aventure/Fantastique
Public : Young adult
État : Terminée
Nombre de tomes : 1
Publiée : Sur Wattpad
.
.
 ?

« Peu importe où je me trouvais désormais,

j’aimais penser qu’on ne m’avait pas encore oubliée. »

 .
 
 
angela_by_allunia_dream-d7cqyja.
Un crash aérien.
Une succession d’évanouissements et de réveils à des endroits différents. Une île déserte. La faim, la soif, la chaleurs, les bêtes. Et cet aigle. Bordel, mais que fiche un aigle en pleine jungle ?
.
Cette question, Angela n’a pas fini de se la poser.
.
.
.
.
Terminée – 109 pages
.
.
.
.
.
.
Un petit mot dessus :
.
La relation que j’entretiens avec Marayana a toujours été particulière. Écrite entre 2007 et 2008 en période de déprime, je l’avais conçue afin d’être mon défouloir, un endroit où je pourrais évacuer mes sentiments sans avoir à y réfléchir. Il en a résulté cette histoire bizarre, entre la novella et le roman, dont je ne suis jamais satisfaite mais que j’aime pourtant énormément.
.
Marayana a subi deux réécritures, plus ou moins poussées, et le résultat reste le même : je ne sais pas quoi en faire ni quoi en penser. Alors j’ai dit tant pis et aujourd’hui, l’histoire est postée en libre accès sur Wattpad, en attendant que je trouve un moyen d’en exploiter tout le potentiel, un jour, peut-être, ou pas.
.
.
.
Extrait :
.
« J’aurais aimé pouvoir dire que je n’étais pas normale. Que j’avais quelque chose de différent des autres mais, jusqu’à ce soir, rien ne m’avait permis de pouvoir l’affirmer.
Petite, j’étais certaine d’avoir été adoptée et de venir d’une autre planète. En grandissant, je me suis rendue compte qu’il m’arrivait souvent de faire des rêves prémonitoires, avant de me rendre compte que je rêvais des choses déjà passées. Peut-être étais-je folle, allez savoir.
Et ça n’allait franchement pas en s’arrangeant. Avec tout ce que j’avais vécu ces derniers temps, je commençais même à oublier qui j’étais. Toute cette histoire me rendait folle.
.
Comment en étais-je arrivée là, à le traquer ?
.
« Le cœur a ses raisons que la raison ignore. » C’était exactement le cas ces derniers temps. Je suivais sans relâche quelque chose dont je m’étais bêtement entichée dans l’espoir de le voir se transformer en prince charmant. Ma raison partait en lambeaux. Ça n’avait rien d’étonnant, après des mois passés seule ici. Des mois que je n’aurais pas vécus sans son aide.
.
Écartant encore une liane de mon chemin, je me frayai un passage jusqu’à la plage le plus silencieusement possible, puis je me figeai. Il était là.
Au bord de l’eau. La créature. L’animal. L’homme.
L’aigle.
Mais ce qui me tournait le dos n’avait plus rien d’animal. Je me ruai jusqu’au bord de l’eau pour le rattraper.
.
Quand j’arrivai sur le rivage, il ne subsistait de la silhouette que des traces de pas. Ou plutôt, des pattes d’oiseau.
Je laissai échapper des larmes de rage.
Une fois de plus, j’avais halluciné. »
 .
 .
wowok
.
.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s