Phobos, de Victor Dixen

Ça fait un moment que je devais partager mon avis sur la saga Phobos, de Victor Dixen. Maintenant que l’ultime tome de la trilogie est sorti et que je l’ai lu, je peux enfin en faire une synthèse — et m’attarder sur ce tome 3, l’une de mes plus énormes déceptions.

.

3276146224_1_4_bq9leile

.

Il faut savoir que je n’ai jamais été totalement conquise par Phobos. Quand ce n’était pas l’écriture qui me faisait grimacer (cette manière de faire des dialogues des scènes d’exposition, c’est un procédé que je déteste), c’était l’évolution de l’intrigue, et inversement ; il y avait toujours un petit truc pour m’empêcher d’adhérer. Cependant, la lecture du deuxième tome m’avait suffisamment plu pour me donner envie de découvrir la suite, dans laquelle je me suis plongée avec appréhension.

Et ça ne l’a pas fait. Pas du tout.

.

Pourtant, Phobos a tout d’une bonne histoire : une intrigue classique mais qui marche (la télé-réalité poussée à son extrême doublée d’une histoire d’amour compliquée, ce n’est pas nouveau mais ça fonctionne à tous les coups) couplée à un contexte tout neuf, du moins à ma connaissance (la colonisation de Mars), servie avec une multitude de personnages très différents et bonne grosse pute méchante pour pimenter tout ça.
L’auteur prend le temps de glisser des références rigolotes (comme le pastafarisme) et de nous abreuver de sa culture tout en nous offrant des personnages principaux charismatiques dénotant indéniablement de son féminisme — et rien que ça suffit un peu à racheter la trilogie.

Mais pour le tome 3, malheureusement, ça n’a pas été possible.

.

Cette fois, pourtant, j’ai réussi à ne pas m’arrêter à ces histoires de dialogues dans lesquels l’auteur tente de faire tenir le plus d’infos possible. Contrairement aux tomes précédents, ce ne sont pas eux qui m’ont rebutée. Au contraire, je trouve même que ses tics d’écriture se sont un peu corrigés, sa plume a clairement mûri au fil des tomes et ça, c’est un très bon point. Mais c’est l’un des seuls.

Sans spoiler l’histoire, j’ai trouvé déjà que le récit avait d’énormes problèmes de rythme. Les 200 premières pages sont leeeeentes, les inserts du point de vue de la Terre traînent en longueur au point que j’ai sauté beaucoup de paragraphes, et les tentatives pour ménager le suspens sur ce qu’il pourra bien advenir de Marcus sont, à mon sens, ratées. 200 pages, un tiers de l’histoire, c’est beaucoup, beaucoup trop long, et mon enthousiasme a fini par s’effriter au point qu’une fois la sentence tombée, non seulement je m’y attendais mais en plus, je n’en avais plus grand chose à faire (à part être soulagée qu’on passe enfin à autre chose).
La vraie action, les rebondissements, toutes ces choses qui avaient fait la réussite de Phobos dans les deux livres précédents n’arrivent qu’à une cinquantaine de pages de la fin. Pour le dénouement. Un dénouement rapide, un peu bordélique et facile, mais dans lequel on a le mérite de ne pas s’ennuyer.
10665225-17569625
.
Ensuite, je n’ai pas du tout accroché à l’intrigue de ce tome. En plus d’une impression que tout partait dans tous les sens et de révélations un peu prévisibles quand même, j’ai eu une impression d’exagération, de surenchère constante de ce qui se passait sur Terre, comme une caricature du futur qu’on entrevoit aujourd’hui et qui a fini par perdre toute crédibilité à mes yeux.
.
C’est d’autant plus dommage que l’auteur a fait, je trouve, un remarquable travail d’analyse sociologique et de critique de la société concernant tout ce qui se passait sur Mars et l’évolution du comportement des pionniers. Même si quelques passages laissent là encore un goût de caricature, l’enchaînement des événements et des réactions se fait avec une certaine logique. C’est bien dommage qu’on ait pas eu droit à autant de finesse sur les autres aspects du roman, sinon il aurait été très réussi.
.
 .
Enfin, les personnages ne m’ont plus autant convaincue. Si auparavant on avait les découvrait un peu tous, cette fois, ils semblent avoir été majoritairement oubliés, notamment concernant les pionnier•e•s, pour ne se focaliser que sur les essentiels. Cette perte de diversité est d’autant plus dommage qu’elle constituait pour moi l’une des principales qualités de la saga. Mais non. Même les nouveaux personnages qui commençaient à sortir un peu de l’ombre, avec une histoire intéressante, ont été oubliés en cours de route (coucou Mlle Delville).
 .

Au final, on en n’apprend pas plus sur les pionnier•e•s car, comme le martèle si bien l’auteur tout au long du livre, il faut acheter la préquelle Phobos Origines ! Un ressort commercial assumé mais qui, personnellement, me rebute. D’autant plus qu’il ne s’agit que des origines des six garçons. Les autres peuvent aller se brosser et rester transparents.

.

.

Au-delà de ces aspects, c’est bel et bien la fin qui m’a le plus déçue : après les rebondissements haletants qui se sont tant faits attendre, la fin est torchée en deux ou trois pages et laisse la porte ouverte sur beaucoup trop de questions pour que je puisse considérer l’intrigue correctement close.
Pour n’en citer que trois : l’histoire de Mlle Delville, à peine amorcée et déjà oubliée, balayée sous le tapis l’air de rien ; celle de Kelly, elle aussi reléguée dans un coin obscur et dont on n’aura jamais le fin mot ; et surtout celle de Serena, qui ne se finit pas vraiment. Plutôt que laisser le lecteur imaginer ce qu’il veut, la grande méchante de Phobos aurait mérité qu’on lui accorde un peu de temps pour mettre un vrai joli point final à son histoire.

En bref, un tome qui manque de rythme, de finesse et de cohérence. Une histoire qui donne l’impression d’avoir été bouclée à la va-vite et dont l’intrigue se barre dans tous les sens, malgré des points positifs qui ne suffiront malheureusement pas pour moi.

.

 

Publicités

3 réflexions sur “Phobos, de Victor Dixen

  1. loraonaturel dit :

    Coucou ! Moi je vais justement commencer cette lecture ! 🙂 d’ailleurs je propose une lecture commune sur mon blog ! Il me tarde de me faire mon propre avis, mais de prime bord le premier tome me tente bien j’espère que je vais accrocher !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s