Douce Suisse

img_3760

Les pays frontaliers francophones ne fascinent pas autant les foules que les autres pays comme l’Angleterre, l’Irlande, l’Espagne, et il est vrai que parler de la Belgique ou de la Suisse fait moins rêver. Pourtant, ces pays me passionnent. Surtout la Suisse. La magnifique, merveilleuse Suisse.

Un pays dont je suis irrémédiablement tombée amoureuse au fil des étés à y travailler, qui me rappelle un peu la Nouvelle-Zélande et dont la douceur de vivre, du côté des lacs, m’attire comme un aimant.

Après quatre ans à y bosser l’été, j’ai appris deux ou trois trucs sur ce pays, et j’ai décidé de faire une petite liste de tout ce qui m’a marquée à propos des Suisses, et de la Confédération Helvétique en général.

 .
1 – Il y a quatre langues officielles.

Le Français, l’Allemand (enfin, le Suisse-allemand, qui n’a en fait rien à voir), l’Italien et le Romanche. Un truc parlé par très peu de gens, dans un canton tout riquiqui perdu au fin fond de la Suisse Allemande, mais c’est une langue officielle. Ils sont pas à une langue près, tu me diras, et vu comme ils sont peu nombreux (huit millions) un jour viendra où chacun parlera sa propre langue, haha.

2 – La Suisse Alémanique est environ trois fois plus grande que la Suisse Romande (française).

Et c’est franchement comme si c’était deux pays bien distincts, tant au niveau culturel qu’administratif. En Suisse Alémanique, tu commandes un truc par internet en précisant que c’est urgent, tu le reçois le lendemain matin, parce que c’est des oufs. Ah puis là-bas les vacances d’été finissent mi-août, genre aujourd’hui, HAHA.

 .

3 – Ils n’ont pas de président, mais sept ministres pour diriger l’état fédéral.
Et ces sept ministres élisent tous les ans l’un d’entre eux pour faire office de président, même s’ils le sont tous, en fait. Là où ça devient compliqué, c’est que ces sept élus ne commencent pas leurs mandats en même temps et ne le terminent donc pas en même temps, et il est très dur pour les Suisses de connaître les noms de tous leurs dirigeants.
 .
  .
4 – Chaque canton est complètement indépendant sous tous les points.
En gros, c’est un peu comme les Etats-Unis, mais en tout petit. D’où le nom de Confédération Helvétique, qu’on a bêtement simplifiée à Suisse.
Même en Suisse Romande, les cantons, qui sont l’équivalent de nos départements, ont des fonctionnements totalement différents. Par exemple, le collège s’appelle aussi gymnase ou lycée selon le canton, et il ne dure pas toujours le même temps non plus. Oui c’est le bordel. Autre exemple, il est interdit d’acheter de l’alcool à emporter entre 21h et 7h dans le canton de Vaud, alors que dans le Valais, c’est tout à fait possible.
 .
  .
5 – De fait, les guéguerres patriotiques sont encore plus marquées qu’en France.
Bien que moins violentes, car un Suisse, c’est SYMPA (enfin, en théorie, mais y a des cons partout). Mais entre Vaud et le Valais, entre la Suisse Romande et Allemande, il y a un monde, ainsi que plein de chansons intéressantes contre chacun des cantons, voire des villes. Les Genevois sont donc les Suisses les moins aimés, car considérés comme Français : t’es pas un vrai Suisse quand t’habites à Genève.
 .
  . .
6 – L’armée est très présente, et le service militaire est obligatoire pour les hommes.
Pour un pays neutre, ça fait un peu rire quand même, une armée si efficace et implantée dans les esprits. À 18 ans, chaque jeune suisse reçoit une lettre lui proposant de s’engager, et les femmes sont encouragées à effectuer leur service militaire, bien qu’elles n’y soient pas obligées.
Bien moins agréable que notre JAPD, les hommes Suisses sont obligés d’effectuer un service militaire de 300 jours, répartis (ou non, c’est toi qui choisit si tu prends une année sabatique ou pas) sur plusieurs années et ce jusqu’à leurs cinquante ans. Après ça, ils restent réservistes pendant dix ans.
  .
7 – Les Suisses sont des Nains.
Non, ils ne sont pas petits, ils vivent dans les montagnes. Dedans. À l’intérieur, là où y a pas de lumière. Genre, certaines écoles de police sont creusées dans la montagne. Des dizaines de kilomètres de galeries et de salles façon Seigneur des Anneaux, avec une porte pour entrer et sortir.
img_4192
  .
8 – Le niveau de vie est beaucoup plus élevé qu’en France.
Environ deux fois et demi le nôtre. À savoir que chez eux, le SMIC correspond à 3400 CHF, soit environ 2800 euros. VOILA. Mais du coup, le coût de la vie est également doublé. Les loyers, les billets de train, tout, mais tout est horriblement cher. On comprend mieux pourquoi il y a tant de gens qui viennent bosser en Suisse tout en vivant en France.
 . 
9 – Les feux de circulation repassent au orange avant de passer au vert.
Ce qui n’est pas con du tout et d’ailleurs, c’est pareil dans plein d’autres pays.
  .
10 – Les panneaux de signalisation verts et bleus ont des significations inversées.
En Suisse, les panneaux verts indiquent l’autoroute et les bleus les nationales.
  .
11 – Il n’y a pas de péage aux autoroutes.
On circule avec une vignette, qui coûte une quarantaine d’euros par an. On peut même circuler sans, mais tu risques une amende d’enculé si tu te fais contrôler sur l’autoroute.
 . 
12 – Toutes les limitations de vitesse sont 10km/h en-dessous des nôtres.
Voilà d’où elle vient, la réputation des Suisses qui sont lents. Mais donc, l’autoroute est limitée à 120, les nationales à 80, les voies rapides à 100… seules les villes restent limitées à 50.
  .
13 – Tuer les chats errants est légal.
Parfaitement légal. T’as plus qu’à serrer les fesses en espérant que ton chat ne perde pas son collier au mauvais moment.
  .
14 – Les pompiers sont payants.
S’ils se déplacent pour rien, les pompiers factureront 300CHF la première fois, 500 la deuxième, 800 la troisième… de quoi dissuader les gamins de s’amuser.
 . 
15 – Les Suisses ne parlent pas en centilitres lorsqu’ils commandent une boisson, mais en décilitres.
  .
16 – On en parle du septante, huitante, nonante ? 
Sinon, dans le genre mots bizarres, ils disent un « natel » pour un téléphone portable, un « bancomat » pour un distributeur, « papier ménage » pour Sopalin. Ils ne disent pas « de rien » en réponse à « merci », mais « service ! » Ils se réjouissent quand ils ont hâte, ils appellent les Français les « frouzes » et c’est un peu péjoratif. Et ils disent « ça joue ! » quand quelque chose va bien, et un sac plastique devient un « cornet ».
  .
17 – Si en France on n’a rien sans gueuler, en Suisse, on n’a rien si on gueule.
Parce que les Suisses sont GENTILS, aimables, polis, bien élevés, courtois, tout ça. Les seules personnes que j’ai vu râler, j’ai appris par la suite qu’elles étaient Françaises ou Anglaises. Alors voilà, pour dire, y a quand même un fossé énorme entre les mentalités de nos deux pays. Et je trouve ça beau, la mentalité Suisse, rien que pour ça j’aurais envie de venir m’installer dans ce pays.
  .
18 – Certaines villes arborent des panneaux « Ville européenne »
Nan tu n’es pas débile, la Suisse ne fait pas partie de l’UE car, lors du référendum, la Suisse Alémanique a voté majoritairement « non » quand la Suisse Romande a voté « oui ». Sauf que du côté allemand, ils sont plus nombreux. (les Iltaliens ? Rien à branler.) Alors, pour manifester leur soutien à l’UE et leur mécontentement envers leurs potes Suisse-allemands en toute diplomatie, les francophones ont fait fleurir quelques panneaux du genre, qui n’ont absolument rien d’officiel.
  .

19 – Tous les ponts de montagne ont des niches à dynamite.
Le routes de montagne ayant été construites par les militaires, elles sont équipées en mode apocalypse. Tous les ponts ont donc de petits espaces aménagés afin qu’on puisse les faire sauter en cas d’attaque. S’isoler au milieu des vaches, y a rien de mieux, on est d’accord.
Ah, puis chaque maison construite à partir des années 70 est équipée d’un abri anti-atomique. Eh ouais. On sait tous où se réfugier en cas d’apocalypse zombie ou whatever, dans les bunker suisses !

 .

20 – Pour les fêtes des hameaux paumés en haut des pâturages se joue le… loto-bouse.
On quadrille un champ tous les mètres, on parie sur les mètres qu’on veut, puis on lâche les vaches. Je te laisse deviner la suite, pas besoin de faire un dessin sur comment on gagne.

 .

21 – Les Suisses recyclent tout.
Et ce, de manière acharnée. Comme en France, ils ont de gros conteneurs à quelques endroits de la ville mais, contrairement à la France, eux, ils s’en servent. Parce que leurs sacs poubelle coûtent environ deux euros, et que ça revient vite cher s’ils ne trient pas. Et non, ils ne peuvent pas utiliser n’importe quel sac, seulement ceux spéciaux, et s’ils trichent en utilisant des sacs quelconques, l’état ouvre les poubelles pour fouiller les ordures afin de trouver qui en est le propriétaire. Une lettre avec une adresse suffit. Et après il a une amende.
Oui c’est bâtard. Mais ça marche.
Par contre, ça rentre dans les petites vengeances merdique entre ex ou voisins : on glisse un indice concernant la personne, on jette tout ça et TADA ! 200 CHF dans tes dents.

 .

22 – Il existe une chaîne de magasins de chaussures appelée « Pompes funèbres ».

OUAIS.

 

23- La Suisse, c’est beau. Si beau.

 img_3990
Publicités

9 réflexions sur “Douce Suisse

  1. De.Lye dit :

    Ca m'étonne toujours que les gens ne savent pas qu'un cornet est un sac plastique. 'Fin bon, c'est peut-être une spécificité de ma région (je précise que je suis française). J'ai étudié dans une région autre que la mienne l'année dernière où ils disent « manala » pour « gens bonhomme », « schmoutz, schmoutzi ou schmoutzala » pour « bisous ». Incroyable les spécificités régionales.

    Pour réagir à ton article tu m'as donné envie de visiter la Suisse. Si si. Bonne journée !

    J'aime

  2. Sumi B. dit :

    C'est marrant parce que de là où je viens on dit aussi « cornet », mais aussi « septante » et « nonante », sans compter le « service » au lieu de « de rien ». Et je viens de voir dans les commentaires que tu parles de « roestis » ça existe aussi chez moi. J'aurais jamais pensé que ma vallée alsacienne ait autant de point commun linguistique avec la Suisse !

    J'aime

  3. Tiphs dit :

    Oui ça dépend vraiment des régions ! Quand j'ai déménagé du Jura en Charente Maritime, j'ai découvert avec stupéfaction qu'une chemise était une pochette en carton, et qu'un pain au chocolat était une chocolatine… je suis restée plusieurs semaines à ne rien comprendre de ce qui se disait parfois x)

    J'aime

  4. Anonyme dit :

    Joli résumé de votre expérience suisse. Je suis double national et c'est vrai que le Suisse est sympa et respectueux des autres. J'habite la Suisse depuis toujours et je m'y sens vraiment bien. Et contrairement aux clichés, on ne s'ennuie jamais ici. Merci à vous pour donner une image réaliste du pays et de ses habitants.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s