Cinquante nuances de… de… NOOOOOON !

Ou comment la traduction de l’Anglais au Français te pourrit un jeu de mots.

 

 

Bonjour, aujourd’hui je vais parler non pas d’un livre, mais de trois, et plus précisément de la série Fifty shades of Grey — ou Cinquante nuances de Grey, et non pas de Gris, Grey c’est le nom du monsieur, ça désigne pas les reflets de la cravate.
  .
Je mets un point d’honneur à lire les livres particulièrement appréciés ou détestés, afin de me faire mon propre avis et de pouvoir, ensuite, les critiquer vertement en parfaite connaissance de cause.
 . 
  .
Fifty shades of Grey raconte l’histoire d’Ana, une jeune femme timide et plutôt simple, qui va être amenée, suite à la grippe de sa meilleure amie Kate, à interviewer le milliardaire le plus convoité et inaccessible des Etats-Unis : Christian Grey. Pas encore la trentaine, des yeux gris métallique qui semblent changer de couleur suivant ses humeurs — tintintiiin, la voilà l’origine du jeu de mots — une aura sexuelle irrésistible et, surtout, une épaisse couche de mystère. Intimidée par le sexy man qui aime visiblement se foutre de sa gueule, Ana met fin à l’interview comme elle peut et sans garder trop de dignité, et décide d’oublier ce malheureux incident.
  .
Ouais mais voilà, monsieur Grey n’est pas du même avis et vient gentiment dragouiller mademoiselle. Au fur et à mesure que leur relation avance, Ana découvre la face cachée du Sexy-man : il est adepte des relations Sado-masochistes.
Ana devra faire un choix. Sera-t-elle prête à se faire fesser, ligoter et fouetter par amour ?
 . 
  .
J’aurais beaucoup de choses à dire sur cette série, mais je vais aller à l’essentiel. La seule rédaction du résumé a failli m’écorcher les yeux et faire tomber mes mains.
  .
FSG, on va faire plus court et utiliser des sigles, c’est une romance érotique et, comme toute histoire de ce genre, son scénario ne fait pas vraiment dans la subtilité. On retrouve ainsi le cliché de base de la jeune fille discrète qui se trouve pas beeeelle mais dont tout le monde est amoureuuuux, qui va taper dans l’oeil du beau gosse ténébreux, populaire et plus riche que Bill Gates, mais tellement mystérieux hanlalaaaa.
  .
   .
L’histoire est narrée d’un point de vue interne, celui d’Ana, et… il faut le temps de s’y faire, quoi. C’est pas le style du siècle, il est un peu simpliste sur les bords et les réflexions en live d’Ana font carrément tache au milieu de la narration, mais l’auteur s’améliore considérablement au fil des tomes… à moins qu’on finisse par s’y habituer.
  .
Le schéma narratif est tout ce qu’il y a de plus banal et linéaire. Les personnages ne sont pas nombreux et, hormis Ana et Christian, l’auteur ne s’est attardée sur aucun autre. Pas assez, du moins pour leur donner une profondeur susceptible de les rendre dignes d’intérêt. À mes yeux, Kate reste une dinde grande gueule.
  .
FSG était au départ une FanFiction Twilight, avec Bella et Edward en Ana et Christian et, malgré la réécriture pour en faire une histoire originale, les ressemblances avec la saga de Stephenie Meyer restent nombreuses et parfois très gênantes. J’ai en tête ce repas dans un restaurant sur le port, dans le tome 2 je crois, où Ana dit à Christian qu’il éblouit les gens, que c’est injuste et qu’il ne s’en rend pas compte. Entre autres.
  .
  .
Pour ce qui est de mon ressenti personnel. Eh bien, que dire.
C’était long. Affreusement long. Ni émoustillant ni choquant malgré le terme « porno soft » utilisé.
 .
Le tome 1 est une succession de clichés et d’actions prévisibles sans intérêt, où l’on aperçoit environ quatre des fameuses « cinquante nuances » de môssieur Grey, et c’est plat. Voilà, je le dis, c’est plat. Y a aucune recherche, les personnages sont vides, leurs réflexions au ras du sol, les rebondissements attendus et, en terme d’érotisme, on a droit au dépucelage d’une Ana transie d’amour après… attends, j’ai compté… trois jours ? qui finit bien entendu par un double orgasme, exploit renouvelé à chaque rapport.
Alors je sais pas vraiment ce qui est le plus affligeant, le fait que l’auteur, apparemment très peu informée sur la chose, ait réussi à faire avoir deux orgasmes d’affilée lors d’une première fois, ou la perfection de M. Grey qui n’a jamais de panne, qui ne part jamais trop vite et qui n’est jamais fatigué.
Polisson, va.
  .
  .
  .
Le reste de la série est consacrée à la découverte du milieu SM, ainsi qu’au développement de la relation entre Ana et Christian. En ce qui concerne ce dernier point, je le trouve tout à fait raté. Certes, l’auteur sait maîtriser ses effets et caser le suspens là où il faut, je dois bien le reconnaître, mais la prévisibilité du couple Steele/Grey et de leurs aventures donnent juste envie de pleurer. C’est simple, tout est prévisible. L’enlèvement, le passé sombre, la disparition, la prise d’otage… il ne manquait plus qu’un des deux perde la mémoire pour que cette trilogie rassemble absolument tous les clichés d’une romance moderne.
  .
Là où ça devient intéressant, c’est quand il s’agit de creuser dans le passé de notre beau gosse plein aux as. Car monsieur est SM, mais il l’est pour une bonne raison : il est torturé par un truc. Et ce truc, il va se dévoiler petit à petit… Ah non, au temps pour moi, ça aussi on le voit venir à des kilomètres, bien que ça soit gentiment étalé sur l’ensemble de la série.
En même temps, on trouve une scène « érotique » environ tous les deux chapitres. Ca laisse pas beaucoup de place pour développer une intrigue, en effet.
  .
  .
Et entre les scènes de cul et les enfilades de clichés, y a un truc bien à retenir, quand même ?
  .
Ouais. On découvre le milieu SM en même temps qu’Ana, et ça euh… élargit un peu notre culture, on va dire ça ?
Pas que ça soit mon dada, mais il est évident que l’auteur a fait beaucoup de recherches et qu’elle maîtrise son sujet, au point d’en parler un peu trop, mais bon, ça émoustille la lectrice lambda frustrée et au moins, c’est pas du pipeau.
  .
  .
Inutile de préciser que j’ai trouvé cette série à chier ? Et encore, je n’ai pas cité toutes mes raisons. J’ai lu les livres, qu’on m’a gracieusement prêtés, il y a quelques mois, et j’ai oublié des choses entre temps, mais tout ce que j’ai retenu de positif, c’est que ça se lit vite.
  .
Cependant, je dois admettre que l’auteur sait manier le rythme de son récit et que je ne suis, du reste, pas étonnée que cette série ait plu à beaucoup de monde : on est tenu en haleine du début à la fin, avec de quoi s’émoustiller les tétons à maintes reprises.
Combo gagnant pour l’auteur, et surtout pour son éditeur, qui profite de la frustration et de la crédulité des lectrices en mal d’amour romanesque pour s’en mettre plein les fouilles.

Le bonus qui fait peur : il semblerait qu’un film soit en préparation. Ca euh… sera tout public ?

 .

Publicités

6 réflexions sur “Cinquante nuances de… de… NOOOOOON !

  1. Holly_Goli dit :

    Au risque de te décevoir, c'est l'acteur Alex Pettyfer qui a hérité du rôle de Christian Grey au cinéma (même si j'aurais adoré Matt Bomer (aka le beau mec que tu nous montres ci-dessus)).
    Sinon, je te rejoins totalement dans ta critique des trois tomes. De mon côté, j'en suis encore au troisième et je n'ai toujours pas fini ! Et pourtant Dieu sait que l'action m'a l'air bien mieux que dans les précédents. Enfin bref …
    Niveau SM, je te conseille de lire « Histoires d'O » de Pauline Réage sorti en 1954 qui à l'époque fut choquant mais il est juste génial à lire (et le SM est bien mieux présenté) et non, je ne suis pas obsédée à ce point par le sexe. C'est juste qu'il faut quand même comparé avec un livre nettement mieux écrit. Après, les Américains ont une autre saga appelée « Crossfire » avec Gideon (WTF le nom) et Eva en héros et là … même si tu trouves ça redondant par rapport à FSG et bien c'est nettement mieux écrit et puis c'est sorti bien avant ! (J'ai dévoré le premier et le deuxième attend dans ma PAL) J'ai fait une chronique là-dessus si jamais ça t'intéresse.
    En tout cas, j'aime vraiment beaucoup ton article.

    J'aime

  2. Tiphs dit :

    Ralala, Alex Pettyfer ? Mais il donne quoi en brun, lui, parce qu'en blond ça peut éventuellement passer, mais… Bah au pire j'irai pas voir le film donc je m'en fiche !

    Histoires d'O, ça me dit quelque chose ! Jamais lu, mais j'en ai peut-être bien entendu parler et ce que tu me dis me botte pas mal ! Du coup je vais aller voir ta chronique 😀

    J'aime

  3. ta seconde moitié de cerveau dit :

    C'était de la merde en boite, même le côté SM c'est du pipi de chat, genre, ouuuu vient je te fouette la fesse une fois et puis marre.
    Bon, je suis pas allée au bout.

    Sinon, Matt Bomer est très très beaaauuu, moi je l'aime aussi (heureusement que c'est pas lui dans l'adaptation… Pettyfer je l'aime pas et ça me donne une raison de plus). Malheureusement… j'ai bien peur que nous soyons point son genre.

    J'aime

  4. Holly_Goli dit :

    J'ai lu surtout un extrait et là … c'est du vrai de vrai (j'ai reçu le livre ce matin par la poste. J'ai hâte de m'y mettre). J'ai vu surtout le film de 1975 avec Corinne Cléry (James Bond girl dans Moonraker) qui est érotique je dois dire mais finalement … c'est assez représentatif du milieu BDSM (enfin … juste ce qu'il faut pour pas choquer).
    Après Alex … je l'imagine mal en brun et de toute manière comme toi, j'ai pas trop envie de voir l'adaptation (je risque de rire).

    J'aime

  5. Kasseul dit :

    50 shades en … film ? Je n'ai rien contre. Mais pour retrouver l'esprit du livre ( que je n'ai pas lu, mais je vois très bien le jour, puisque je lis les mêmes choses sur le net ), il faudra retrouver les mêmes ingrédients. S'il est tout public, il n'y aura pas beaucoup de sexe. Et s'il n'est pas tout public, il n'y aura peut-être que du sexe ( genre vieux film porno qui passe à minuit. Ouai, nan, ne me demande pas comment je suis au courant de ce qui passe tard le soir … ). Bref, j'ai tellement entendu parler de cette série ( en mal ) que ça ne me donne pas du tout envie de la lire, et encore moins d'aller voir le film au ciné …

    J'aime

  6. Millca dit :

    Huuuum, ça fait genre deux heures que je lis ton blog comme je lis ton histoire de pirates, c'est à dire à l'affilé, sans me lasser. Sérieusement, l'humour que tu mets dans chaque article et le fait indéniable que tu saches écrire — et bien, en plus — fait que je suis totalement fan de ton blog. Voila.

    Bref, pour en revenir à cette série, je ne l'ai pas lu (haha, va dire à ma mère que sa fille de 16 ans veut lire ça, même si c'est pas vrai d'ailleurs) mais je n'en ai entendu que du mal… Sinon, il me semble que Ian Somerhalder était aussi pressenti pour le rôle *je ne sais plus où j'ai lu ça*. Iaaan *-*

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s